The archeology of smileys: futile, yet revealing of our craving for historical continuity [updated 21 Apr. 2014]

This post was featured in L’actualité numérique [Digital News], a programme of the French national radio Le Mouv’ on Apr. 21, 2014.

When were emoticons invented? We have a few examples of typographical experimentations from the early 20th/late 19th century.  Here’s a specimen from Edmond Morin’s Dictionnaire Typographique (1903).

Morin

But Morin was probably inspired by this 1881 issue of Puck magazine:

typoArt

Media theorist Jussi Parikka describes these experiments as proofs of “the importance of the face before Facebook”, and links them to the work on human expressivity of French neurologist Guillaume-Benjamin Duchenne de Boulogne, who in 1862 published his treatise The Mechanism of Human Facial Expression. Interestingly, according to New York Times columnist Jennifer Lee, that was the very date when the now well-known “wink” smiley was first documented in the transcript of a speech by Abraham Lincoln.

lincoln

Although subject to caution, this discovery promoted emulation to find even older examples of typographic patterns showing some resemblance to the modern smiley.On April 13, 2014, Levi Stahl found a 1648 poem by Robert Herrick bearing evidence of another emoticon:

herrick

Convinced? Blasé? Before someone comes up with a 15th century smiley hidden in an ancient incunabulum [or stretch the timeline even further, to include non-typographical examples like in the Addendum at the end of this post], I suggest you read this refutation by Alan Jacobs, maintaining that every quest for a pre-1980s emoticon is doomed to be a cultural impossibility, as smileys are embedded in a typewriter-computer technological continuum where text is displayed on screens, not on paper.

http://text-patterns.thenewatlantis.com/2014/04/smileys-emoticons-typewriter-art.html

smileys, emoticons, typewriter art – Text Patterns – The New Atlantis

On one point, though, I disagree with Jacobs. He qualifies these “archeological attempts” as ahistorical. In my opinion, though, they are profoundly, irredeemably historical.

Indeed, like for recent hunts for the world’s first selfie (was it shot in 1892? or was it in 1838?), or for some chronologically inconsistent examples of “ancient social media”, today’s technology users are torn between their appetite for innovation, and the need for reassurance and continuity. They want to see themselves as protagonists of some major transformation, while at the same time finding a place in the great logbook of human history. There is nothing contradictory in this. On the contrary: because our technologies increasingly tend to surround themselves with an ideologically-dense halo of “disruption”, we crave for the comforting knowledge that we belong to a lineage of smiley-drawing, selfie-shooting, social media-consuming human beings.

Addendum [April 18, 2014]

After the publication of this post, some of my readers have suggested a few remarkable examples of ancient emotion-revealing conventional signs of textual nature. Although this would seem to be enough to match the definition of smiley, I’m afraid the fact that these signs where featured in manuscripts, and not in printed texts, leaves them out of our survey. But at least two strike as genuine historical curiosities.

The first one is presented by French-Swiss digital humanist Frederick Kaplan, who points to a 14th century codex (a copy of emperor Justinian’s Digestum Vetus, circa 533 AD).

The amanuensis who copied the text, introduced in the manuscript one small stylized face, maybe to mark a pause, to comment on the content of the text or to guide the reader’s intonation, in a context where clare legere (“reading aloud”) was more common than legere tacite (“reading silently”).

But the most striking example (or rather, the most outrageous claim) of ancient smiley-like suite of punctuation signs is suggested by a pseudonymous philologist/paleographist (?), Mlle Juls, who runs of a humorous scholarly tumblr. Possibly, a papyrus dating back to the 3rd century before our era displays mysterious )—-: signs, evocative of “sad smileys”.

The document, referenced as PHibeh I 13 (Hibeh Papyrus 13), is the excerpt of a treatise on music, excavated in 1902 and probably composed in 275 BC. Now there are a few caveats I have to mention here. The smileys have been highlighted in red, allegedly because otherwise they would be undetectable because of the poor quality of the image. Secondly, althouh the existence of the papyrus is attested, we don’t know if the image suggested by Mlle Juls actually comes from that document. Moreover, I don’t know personally Mlle Juls, and I cannot vouch for his/her claim.  So keep in mind this could very well be a hoax. If it isn’t, that would officially make the Hibeh Papyrus the document containing the oldest proto-smiley (not an actual smiley, because manuscript and not printed) in history… or rather the oldest misunderstanding as to the expressive intention of an author :P

Share Button

[Séminaire EHESS] Nicolas Auray : Hacker, Etat et politique (28 avril 2014, 17h)

Séminaire ouvert aux auditeurs libres. Pour s’inscrire, remplir le formulaire à la page Contact.

Dans le cadre de mon séminaire EHESS Étudier les cultures du numérique : approches théoriques et empiriques, nous aurons le plaisir d’accueillir Nicolas Auray, maître de conférences HDR à Télécom ParisTech et chercheur associé au laboratoire Théories du Politique (LabTop). La séance, centrée sur hacker, Etat et politique,  aura lieu le lundi 28 avril 2014, de 17h à 19h à l’EHESS, salle 6, 105 bd. Raspail, Paris (6e arrondissement).

hackgovt

Titre : Débattre de l’officieux. Une contradiction interne au hackérisme

Intervenant : Nicolas Auray

Résumé : « Le propos visera tout d’abord à faire l’histoire de la manière dont se sont nouées, dans l’espace des cultures digitales, une stratégie d’auto-appellation comme hackers de collectifs aux contours flous qui se sont reconnus avant tout autour de « bons exemples »,  et des pratiques organisées qui ont transformé l’Etat, le capitalisme et les modèles de la démocratie. Pour cela, je partirai d’une enquête historique et cartographique sur le hackerisme, comme catégorie attributive, et chercherai à montrer son extension à de nouveaux groupes, mais aussi une opposition entre trois registres cadrant ses expérimentations politiques. L’exposé visera aussi à documenter l’originalité de la période postérieure à 2008, et à stimuler des réflexions quant au rapport entre « politique des hackers » et transformation de l’Etat. Face à une certaine naïveté propre au discours pour la transparence porté par certains hackers, il s’agit de clarifier les voies possibles par lesquelles cette politique radicale amène à penser l’écart entre officiel et officieux. En amenant à discuter des frontières de l’officieux, les hackers touchent à l’Etat, et plus largement aux institutions, ces « dispositifs coercitifs visant à faire tenir une société à distance et à surmonter la divergence radicale des points de vue » . »

=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=

Slides des séances passées :

• 18 nov 2013
Antonio A. Casilli (Telecom ParisTech, EHESS)
Le rôle des visualisations de données dans la recherche sur les cultures numériques

• 16 déc 2013
Anne Dalsuet (philosophe, auteure de ‘T’es sur Facebook’, Flammarion 2013), Stéphane Vial (Université de Nîmes)
Amitié et manifestation d’autrui : pour une philosophie des réseaux sociaux numériques

• 20 janv 2014
Nicolas Colin (The Family)
L’Âge de la multitude : Enjeux économiques et de gouvernance après la révolution numérique   

• 17 févr 2014
Estelle Aubouin (CELSA), Sylvain Abel (ISCOM)
Le web éphémère : de 4chan à Snapchat

• 17 mars 2014

Paola Tubaro (U. of Greenwich, CNRS), Antonio A. Casilli (Telecom ParisTech, EHESS)
Web et privacy : le renoncement à la vie privée n’a jamais eu lieu

=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=

Prochaines séances 2013/14 :

•19 mai 2014
Louise Merzeau (Paris Ouest Nanterre La Défense)
Identité numérique vs. présence numérique

•16 juin 2014
Simon Chignard (donneesouvertes.info ) et Samuel Goëta (Telecom ParisTech)
Le mouvement « open data »

=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=

Share Button

[Slides] Séminaire EHESS AA Casilli & P Tubaro – ‘Web et privacy : le renoncement à la vie privée n’a jamais eu lieu’

Dans le cadre de mon séminaire EHESS Étudier les cultures du numérique : approches théoriques et empiriques, j’ai eu le plaisir d’accueillir Paola Tubaro (maître de conférences à l’Université de Greenwich, Londres) pour une séance « à deux voix » à l’occasion de la parution de notre dernier livre Against the Hypothesis of the End of Privacy. An Agent-Based Modelling Approach to Social Media, publié en 2014 par la maison d’édition Springer.

Antonio A. CASILLI

Paola TUBARO

Web et privacy : sur le prétendu renoncement à la vie privée des utilisateurs d’Internet

Intervenants : Paola Tubaro (University of Greenwich, Londres) — Antonio A. Casilli (Telecom ParisTech / EHESS)

Depuis désormais quelques années, plusieurs voix se lèvent pour dénoncer l’érosion apparemment inexorable de la vie privée dans le web social. En s’adonnant à une surveillance mutuelle et participative, les internautes renoncent-ils volontairement à la protection de leurs données personnelles ? Notre intervention revient sur les événements et les controverses qui ont marqué l’évolution des services de networking en ligne, les modèles d’affaires des entreprises qui en fournissent, et les usages des réseaux finalisés à la formation de capital social, pour montrer que la vie privée a encore de beaux jours devant elle. En adoptant une approche multidisciplinaire permettant un dialogue entre histoire, droit, sociologie et économie, cette intervention propose un changement de perspective, interprétant la privacy non plus au sens juridique classique, comme un noyau individuel à protéger contre toute pénétration par des tiers, mais en son sens social, comme un processus de négociation inter-subjective. La discussion porte sur la manière dont, au travers du travail des associations d’usagers et des organismes préposés à la défense de leurs droits, ces conditions peuvent être remplies.

=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=

Prochaines séances 2013/14 :

•28 avr 2014

Nicolas Auray (Telecom ParisTech)
Ethique et professionalisation du hacking

•19 mai 2014
Louise Merzeau (Paris Ouest Nanterre La Défense)
Identité numérique vs. présence numérique

•16 juin 2014
Simon Chignard (donneesouvertes.info ) et Samuel Goëta (Telecom ParisTech)
Le mouvement « open data »

=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=

Share Button

30 références pour démystifier 10 idées reçues sur le numérique #pdlt

Hello folks,

si vous êtes des habitués de ce blog ou si vous arrivez ici après avoir écouté l’émission Place de la Toile « 10 idées reçues sur la Toile » (France Culture, 1 mars 2014), ce petit billet présente une liste non exhaustive de références liées au sujet de l’émission. Aiguillonnés par Xavier de la Porte et Thibault Henneton, je me suis penché avec Amaëlle Guiton sur des exemples de « sagesse conventionnelle » (conventional wisdom) communément associés au numérique – pour les complexifier, les décortiquer, parfois les démentir. Personnellement, c’est un exercice auquel je m’adonne assez souvent (par ex. ici, ici ou ici)…

http://www.franceculture.fr/emission-place-de-la-toile-dix-idees-recues-sur-la-toile-2014-03-01

Place de la Toile – France Culture

Revoilà donc les idées reçues que nous avons traité, résumées pour vous et agrémentées de liens vers des ressources bibliographiques, pour vos moments de curiosité intellectuelle.

1. Internet, c’est le virtuel

- Casilli, Antonio A. (2009) « Culture numérique : L’adieu au corps n’a jamais eu lieu ». Esprit, n° 353, p. 151-153.
- Jurgenson, Nathan (2011) « Digital Dualism versus Augmented Reality ». Cyborgology, 24 février.
- Vial, Stéphane (2014) « Contre le virtuel. Une déconstruction ». Médiation Et Information, n° 37,  « Les Territoires du Virtuel »,  p. 177-188.

 

2. Internet, c’est l’accélération du temps

- Crary, Jonathan (2013) 24 /7. Late Capitalism and the Ends of Sleep. Londres, Verso.
- Marinetti, Filippo Tommaso (1909) « Manifeste du Futurisme ». Le Figaro, 20 février.
- Rosa, Hartmut (2010) Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte.

 

3. Nous sommes addicts à nos outils

- Byun, Sookeun et al. (2009) « Internet Addiction: Metasynthesis of 1996–2006 Quantitative Research ». CyberPsychology & Behavior, vol. 12, n°. 2, p. 203-207.
- Leroux, Yann (2009) « Il n’y a pas d’addiction aux jeux vidéo ». Le Monde.fr, 27 mars.
- Bach, Jean-François, Tisseron, Serge, Houdé, Olivier et Pierre Léna (2013) L’enfant et les écrans. Avis de l’Académie des sciences, Paris, Éditions Le Pommier.

 

4. Internet est une jungle (rumeurs, circulation virale, harcèlement…)

- Beauvisage, Thomas, Beuscart, Jean-Samuel, Couronné, Thomas et Kevin Mellet (2012) « Le succès sur Internet repose-t-ilsur la contagion ? Une analyse desrecherches sur la viralité ». Tracés, n° 21, p. 151-166.
- boyd, danah (2014) It’s Complicated. The Social Lives of Networked Teens, New Haven, Yale University Press.
- Wade, Samuel (2013) « Lawyers Criticize ‘Straitjacket’ for Online Rumors ». China Digital Times (CDT), 10 septembre.

 

5. Les médias sociaux galvaudent l’amitié

- Casilli, Antonio A. (2010) Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ?, Paris, Seuil.
- Dalsuet, Anne (2013) T’es sur Facebook. Qu’est-ce que les réseaux sociaux changent à l’amitié ?, Paris, Flammarion.
- Doueihi, Milad (2011) Pour un humanisme numérique. Paris, Seuil.

 

6. Internet, c’est la fin de la vie privée

- Casilli, Antonio A. (2013) « Contre l’hypothèse de la ‘fin de la vie privée’ ». Revue française des sciences de l’information et de la communication, n° 3.
- Manach, Jean-Marc (2009)  La vie privée, un problème de vieux cons ?, Limoges, Fyp éditions.
- Nissenbaum, Helen (2009) Privacy in Context. Technology, Policy, and the Integrity of Social Life. Palo Alto, Stanford University Press.

 

7. Internet, c’est le nombrilisme généralisé

- Borsook, Paulina (2000) Cyberselfish: A Critical Romp through the Terribly Libertarian Culture of High Tech. New York, PublicAffairs.
- Cardon, Dominique (2010) La démocratie Internet. Promesses et limites. Paris, Seuil.
- Rainie, Lee et Barry Wellman (2012) Networked the New Social Operating System. Cambridge, Mass: MIT Press.

 

8. Les digital natives ne sont pas comme nous

- Bennett, Sue, Maton, Karl et Lisa Kervin (2008) « The ‘digital Natives’ Debate: A Critical Review of the Evidence ». British Journal of Educational Technology, vol. 39, nᵒ 5, p. 775–786.
- Hargittai, Eszter (2010) « Digital Na(t)ives? Variation in Internet Skills and Uses among Members of the ‘Net Generation’ ». Sociological Inquiry, vol. 80, n° 1, p. 92-113.
- Jones, Chris, Ramanau, Ruslan, Cross, Simon et Graham Healing (2010). « Net generation or Digital Natives: Is there a distinct new generation entering university? ». Computers & Education, vol. 54, n° 3, pp. 722–732.

 

9. Internet, c’est le règne de la gratuité

- Barbrook, Richard (2005 [1998]) « The High-Tech Gift Economy ». First Monday, Special issue n° 3.
- Casilli, Antonio A. (2013) « Qu’est-ce que le Digital Labor ? (Audio + slides + biblio) », Bodyspacesociety, 01 avril.
- Scholz, Trebor (2013) « Why Does Digital Labor Matter Now? », in Id. (dir.) Digital Labor. The Internet as playground and factory, New York, Routledge.

 

10. Internet, c’est le triomphe des individus (fin de l’intermédiation)

- Combes Yolande et Sofia Kocergin (2008) « L’intermédiation sur internet : un objet de questionnement pour les industries culturelles »XVIe Congrès SFSIC.
- Eysenbach, Günther (2008) « Medicine 2.0: Social Networking, Collaboration, Participation, Apomediation, and Openness ». Journal of Medical Internet Research, vol. 10, n° 3.
- Lévi-Strauss, Claude (1995), « Sur les brisées d’un humaniste ». Pierre Dreyfus (1907-1994), Paris, Gallimard, p. 83-86.

Share Button

Dropbox : pourquoi les nouvelles conditions d’utilisation contribuent à exploiter votre digital labor

Ce billet a été cité par le site d’information Numérama.

Si, comme moi, vous êtes des utilisateurs de Dropbox, le 20 février 2014 vous avez reçu un mail qui présente les nouvelles conditions d’utilisation de la très populaire plateforme de sauvegarde et partage de fichiers. Ces conditions entreront en vigueur le 24 mars.

Ce n’est certainement pas la première fois que les CGU de Dropbox suscitent la colère des utilisateurs. Cette fois-ci, beaucoup de polémiques ayant dénoncé la nature arbitraire de ces modifications et le ton abrupt de leur formulation ont porté sur la nouvelle clause qui impose aux usagers de passer par une procédure d’arbitrage en cas de litige. En lisant les commentaires sur le blog de Dropbox, je vois bien les enjeux pour les citoyens américains de se conformer à cette nouvelle condition, et l’intérêt de faire un opt-out. Je vois mois bien comment cette clause s’applique à des citoyens de pays tiers.

La lutte des class action

Par contre, la nouvelle condition qui a attiré mon attention (à cause de ses conséquences pour tout le monde) est la suivante :

Pas de recours collectif. Vous pouvez uniquement résoudre les litiges avec nous sur une base individuelle, et ne pouvez pas déposer de réclamation dans une procédure de recours collectif, consolidé, ou en représentation conjointe. Les arbitrages collectifs, recours collectifs, actions d’ordre général avec avocat privé et consolidation avec tout autre type d’arbitrage ne sont pas autorisés.

Ici, pas de possibilité de faire opt-out… Et c’est dommage, parce que ce changement intervient un mois à peine après l’introduction en France du système de procédure collective (adopté le 13 février dernier, au bout d’un parcours législatif long et tourmenté). Et ce recours collectif, mieux connu à l’étranger sous le nom de class action, s’avère chaque jour plus efficace pour contrer les changements subreptices des grandes plateformes potentiellement nuisibles pour les intérêts des usagers. Un exemple parmi d’autres : regardez ce qui se passe avec Facebook, qui depuis 2011 n’arrive pas à faire cesser cette plainte de familles et d’associations d’usagers qui s’opposent à l’utilisation de photos de mineurs dans les sponsored stories (cette feature a été entre temps abandonnée).

Négociation collective et conflit social sur les plateformes du web

Si vous connaissez mes travaux sur la négociation des droits des utilisateurs des plateformes sociales, ou mon nouveau livre sur les conflits entourant les politiques de privacy des géants du web (Against the Hypothesis of the End of Privacy, tout juste publié chez Springer, co-écrit avec Paola Tubaro et Yasaman Sarabi), vous savez qu’autour des termes d’utilisation c’est désormais guerre ouverte entre les utilisateurs, soucieux de voir leur autonomie et leurs droits respectés, et les propriétaires des plateformes, intéressés à maximiser leurs profits tout en minimisant leur respect des lois en vigueur.

dropboxlabor

En interdisant à ses utilisateurs de consolider leurs actions légales, Dropbox s’efforce de leur empêcher de s’organiser et de mener une action coordonnée de protection de leurs droits. La petite mise à jour des CGU est assimilable aux politiques patronales du siècle passé visant à entraver l’action syndicale et à imposer une pacification forcée des relations sociales. L’entreprise de San Francisco cherche en somme à atomiser l’action sociale de ceux qui produisent les contenus qui circulent sur ses réseaux, sont stockés sur ses serveurs, constituent l’objet de l’activité économique exercée par les 4 millions d’entreprises qui adhèrent à l’offre payante Dropbox for Business. Si le travail invisible des utilisateurs doit être reconnu à sa juste valeur (c’est ce qu’on appelle désormais le digital labor), les droits des utilisateurs/travailleurs méritent tout aussi d’être protégés. Tout ceci s’inscrit, pour le dire avec les rédacteurs de la revue Multitudes, dans une dynamique plus vaste de conflictualité sociale qui traverse désormais le monde du numérique. Et les conditions d’utilisations sont justement l’un des lieux où ces controverses et de ces conflits se déploient.

Update [samedi 22 février 12h20]

Quelques messages intéressants, tirés de la discussion Twitter entre le sociologue Pierre Grosdemouge et la juriste Eve Matringe, suite à la parution de ce billet :

Share Button

[Slides] Seminaire EHESS S. Abel & E. Aubouin — “Le web éphémère : de 4chan à Snapchat”

Dans le cadre de mon séminaire EHESS Étudier les cultures du numérique : approches théoriques et empiriques, le lundi 17 février 2014 nous avons accueilli Sylvain Abel (ISCOM) et Estelle Aubouin (CELSA) pour une séance consacrée au web éphémère et à l’anonymat sur Internet.

Séminaire EHESS : Le web éphémère, de 4chan à Snapchat

Titre : Le web éphémère : de 4chan à Snapchat
Intervenants : Sylvain Abel & Estelle Aubouin

Résumé : « Des services de numérisation des VHS à la surveillance mise en place par la NSA, le numérique est aujourd’hui le centre névralgique de l’archivage mondial. La permanence et la publicité des contenus sur le web en font un territoire d’échanges, mais également un gigantesque processus de recensement de l’intégralité de nos publications sur les réseaux sociaux, les blogs, les forums… Le web éphémère prend le contre-pied de ces tendances en masquant nos traces, par anonymat imposé ou par suppression définitive des contenus. Ce microcosme dispose de codes propres, qui se déclinent et se construisent au travers de chaque plateforme, c’est ce que nous tenterons de montrer au travers des communautés de 4chan et Snapchat, deux emblèmes de cet univers. »

=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=

Prochaines séances 2013/14 :

•17 mars 2014
Paola Tubaro (U. of Greenwich, CNRS)
La simulation multi-agent pour étudier la vie privée sur les médias sociaux

•28 avr 2014
Nicolas Auray (Telecom ParisTech)
Ethique et professionalisation du hacking

•19 mai 2014
Louise Merzeau (Paris Ouest Nanterre La Défense)
Identité numérique vs. présence numérique

•16 juin 2014
Simon Chignard (donneesouvertes.info ) et Samuel Goëta (Telecom ParisTech)
Le mouvement « open data »

=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=

Share Button

Privacy is not dying, it is being killed. And those who are killing it have names and addresses

Quite often, while discussing the role of web giants in enforcing mass digital surveillance (and while insisting that there is a cultural and political war going on around privacy and technology), I am asked this question: “If people are not willing to be spied upon, how come they aren’t out in the streets protesting tech companies’ privacy invasions?”. To which I reply: “Sure they are!”

Case in point: as part of a larger San Francisco Bay Area anti-Google campaign, protesters have started organizing rallies outside houses of Google Street View developers.

I’m not endorsing these protest tactics (they display deontological ambiguity, plus the flyer they distributed is pure rambling). I’m just pointing them out as examples of ongoing struggles. To paraphrase Utah Phillips: “Privacy is not dying, it is being killed. And those who are killing it have names and addresses.” Activists know these addresses, and protest outside them.

Further reading: my latest book Against the hypothesis of the « end of privacy » in social media: An agent-based modeling approach, co-authored with Paola Tubaro and Yasaman Sarabi, just published by Springer.

Share Button

Privacy: the greatest trick Zuckerberg ever pulled

Here’s the translation of my op-ed published in the Sunday, Jan. 19, 2014 edition of the italian newspaper Il Corriere della Sera (supplement ‘La Lettura’).

End of privacy? The great Zuckerberg trick

The greatest trick Facebook ever pulled, was convincing the world that privacy no longer exists. In recent years, Mark Zuckerberg has multiplied such statements: according to the founder of the popular social media, “the new norm” is transparency, a public life. The hypothesis of the end of privacy is presented as an inevitable and spontaneous evolution of social conventions adopted by the users of social networking services. In the light of such claims, everything finds an explanation, everything becomes part of a grand historical narrative, leading from the isolated and alienated existence of past century’s great industrial cities, to today’s harmonious and interconnected online communities. What Zuckerberg does not say is that history is less linear than he argues, and its users not so eager to comply.

Read more

Share Button

Vie privée : la plus belle des ruses de Mark Zuckerberg

Traduction de l’italien de ma tribune parue dans le quotidien Il Corriere della Sera (supplément « La Lettura »), dimanche 19 janvier 2014.

Fin de la vie privée ? La belle ruse de Zuckerberg

La plus belle des ruses de Facebook a été de persuader le monde que la vie privée n’existe plus. Au cours des dernières années, les déclarations dans ce sens de Mark Zuckerberg se sont multipliées : selon le fondateur du célèbre média social, la « nouvelle norme » serait la transparence, la vie en public. L’hypothèse de la fin de la vie privée est présentée comme une évolution inévitable et spontanée des comportements sociaux des utilisateurs des réseaux sociaux numériques. Tout s’explique, tout se tient dans le grand méta-récit historique, qui, de l’existence isolée et aliénée des grandes villes industrielles du siècle dernier, conduit à l’harmonie des communautés interconnectées d’aujourd’hui.  Ce que M. Zuckerberg ne dit pas, c’est que l’histoire est moins linéaire qu’il ne le dise, et ses utilisateurs moins passifs.

Read more

Share Button

Seminaire EHESS/CVPIP de Nicolas Colin « L’âge de la multitude » (20 janvier 2014, 17h)

Dans le cadre du séminaire EHESS Étudier les cultures du numérique : approches théoriques et empiriques et en collaboration avec le séminaire de la Chaire Valeurs et Politiques des Informations Personnelles de l’Institut Mines Télécom, nous avons le plaisir d’accueillir Nicolas Colin (The Family), co-auteur avec Henri Verdier de L’Âge de la Multitude, Armand Colin, 2012 et avec Pierre Collin du Rapport sur la fiscalité du secteur numérique, Ministère de l’économie, 2013.

multitudes

La séance aura lieu le lundi 20 janvier 2014, de 17h à 19h en salle 7, à l’EHESS, 105 bd. Raspail, Paris.

L’âge de la multitude : enjeux économiques et de gouvernance après la révolution numérique

Le projet d’écrire ‘L’âge de la multitude’ résulte d’un constat simple : la révolution numérique est achevée et ses effets sur l’économie et la société sont désormais mieux compris, mieux ressentis et mieux documentés. Pour les dirigeants d’entreprises et les responsables politiques, il est donc temps de passer à l’action, non sans réviser leur conception de leurs activités et de leur environnement. Après la révolution numérique, l’essentiel des enjeux se concentre désormais dans la multitude, ces milliards d’individus de plus en plus éduqués, équipés et connectés, dont l’activité quotidienne déploie une puissance supérieure à celle qu’exerce les plus grandes organisations. Dans ce nouveau contexte politique et industriel, les organisations qui prennent l’avantage sont celles qui parviennent à forger avec la multitude une alliance, autrement dit à nouer avec les individus un lien privilégié, quasiment intime, qui se fonde avant tout sur la confiance. A ce jour, seules des entreprises américaines sont parvenues à réaliser cette alliance à grande échelle. La France peut-elle relever elle aussi ce défi et, si oui, à quelles conditions ?

Share Button

Next Page →