Taking liberties: why feeling closer on social media can lead to higher conflictuality

A short note on an apparent paradox highlighted by Ronald E. Anderson on the blog Compassionate Societies. While commenting on a recent PEW survey on the “tone of life” on social networking sites, the author points out two interesting facts :

1)  heavy social media users are prone to conflict (and, more generally, a lot of users experience negative interactions, physical fight and even end up breaking friendships because of online communication)…

2) ..yet overall people declare they feel closer to others, more compassionate and feeling good about themselves.

How can this contradiction be explained? According to the author “social networking is a mixed bag of good and bad”. I, for one, would like to suggest another way of interpreting these results: social media users are not hostile despite the fact they feel closer to one another. Rather, they are hostile because they feel closer. Closeness primarily comes to mean that users approach social media sites with higher expectations about friendship and togetherness. Social networking might thus imply adopting a social style characterized by a hypertrophied sense of intimacy, verging on liberty – like in the expression “taking liberties”: being too friendly in a way that shows a lack of respect to others.

Facebook “friending” rhetoric plays a part in this process, of course: by spreading an irenic vision of harmonious social life, any deviation from emotional proximity is perceived as a major break in the code of communication. In this sense, while interacting in the informal environment of social media, individuals not only fail to cultivate deference, but they even come to think of it as a transgression of an implicit social norm, as a manifestation of distance – or, worse, indifference – that compromises social cohesion and introduces an element of mistrust conducive to conflict.

Share Button

Bums, bridges, and primates: Some elements for a sociology of online interactions

This text was presented at the conference “Web Culture: New Modes of Knowledge, New Sociabilities”, Villa Gillet, Lyon (France), February 10th, 2011. Check against delivery. Click here for the .pdf version. Click here for the French translation.

In today’s presentation I will focus on the kind of social structures that users of computer-mediated global online communication networks (notably, the Web and social media) contribute to put in place. The point I will try to make is that science understanding of Web-based sociabilities has progressed enormously in the last decade, and that this should inform public policies touching on the Web, its regulation and governance.

WHERE HAVE ALL THE COMPUTER BUMS GONE?

Early glimpses into the social implications of ICT at a micro-level (that is: for the users themselves) date back to the mid-1970s and focus on the negative effect of these technologies. At the very origins of computer culture, we witness the emergence of the stereotype of the socially awkward computer hacker, isolated by the calculating machine which alienates him and keeps him apart from his peers. This characterization dates back to a time before the Web. In his Computer Power and Human Reason : From Judgement to Calculation (1976) Joseph Weizenbaum delivers us the portrayal of this subculture of compulsive computer programmer – or, as he liked to dub them, “computer bums”.

These are “possessed students” who “work until they nearly drop, twenty, thirty hours at a time.  Their food, if they arrange it, is brought to them: coffee, Cokes, sandwiches.  If possible, they sleep on cots near the computer. […] Their rumpled clothes, their unwashed and unshaven faces, and their uncombed hair all testify that they are oblivious to their bodies and to the world in which they move.  They exist, at least when so engaged, only through and for the computers.”

Since this first occurrence, and for a long time, common sense has almost unmistakably associated computer use and social isolation. Cultural analysts, novelists, commentators have been developing on this trope. Iconic cyberpunk author William Gibson, famously described Case, the main character of Neuromancer (1984), as a cyberspace-addict incapable of functioning in an offline social situation.

Read more

Share Button

Sociologie en boîte vs. analyse des réseaux sociaux

Mon article « ‘Petites boîtes’ et individualisme en réseau. Les usages socialisants du Web en débat » – que vous pouvez télécharger ici en version PDF – vient d’être publié dans les Annales des Mines, série Réalités Industrielles, dans un numéro spécial Web d’aujourd’hui, Webs de demain (novembre 2010). L’article est un état des lieux du débat sur la socialisation (ou le manque de socialisation) des internautes. En montrant les différentes approches adoptées, et en passant en revue les résultats des études menées notamment par Robert Kraut et par Barry Wellman dans les années 1990-2000, le texte montre comment le débat scientifique a accompagné et expliqué la transition vers le Web social.

Des analyses encore fortement centrées sur les risques de rupture du lien social générés par les TIC ont cédé la place à une perspective emphatisant les potentialités de mise en relation des usagers (…) Sans empêcher les liens d’affinité traditionnels, ce modèle de sociabilité en ligne permet potentiellement d’activer davantage de liens qui apparemment sont les plus faibles. Dans ce contexte, une socialité forte n’est pas déterminée par le niveau de conformité des individus à leur environnement proche, ni par le nombre total de leurs amis. Il s’agit de faire coexister la cohésion sociale au niveau de petits groupes (bonding) et la création de passerelles entre ces mêmes groupes. Cette logique de communication entre composantes éloignées, que l’on désigne par l’expression « jeter un pont » (bridging), serait le propre du Web contemporain. Grâce aux effets de petit monde et aux propriétés de transitivité des réseaux numériques, la société façonnée par Internet, loin d’éclater, se resserre. (…) C’est une envie de cohésion qui anime les internautes, une envie de resserrement de leurs rapports sociaux. C’est aussi une envie de maîtriser et de façonner leur environnement social, tout en respectant certaines contraintes qui leur viennent de la vie hors-ligne. Cela nous conduit à ne pas sous-estimer l’effet spécifique des divers moyens technologiques mobilisés pour assouvir ces envies de sociabilité. En effet, les usages informatiques ne sont pas neutres : dans une réalité façonnée par les TIC, les affinités entre les individus (ou leurs rivalités) ne s’expriment pas de la même façon que dans le monde décrit par les sociologues du 19e siècle. Les analyses récentes sur l’impact du Web se sont heurtées à la nécessité de contextualiser la prétendue désocialisation des internautes au jour des divers cadres d’usage.

Petite précision : Les Annales ont été créées en 1794, ce  qui en fait officiellement la revue la plus ancienne dans laquelle j’ai jamais publié ;)

ResearchBlogging.org
Antonio A. Casilli (2010) « ‘Petites boîtes’ et individualisme en réseau. Les usages socialisants du Web en débat », Annales des Mines (série « Réalités Industrielles »), 216 (4), 54-59

Share Button

L’addiction aux jeux vidéo : trouble psychologique ou construction sociale ?

Dans un précédent billet de Bodyspacesociety, je m’interrogeais sur la notion d’addiction informatique à l’occasion de la parution dans Cyberpsychology & Behavior d’un article remettant en cause 10 ans d’études dans ce domaine. Quand elle est appliquée aux jeux vidéo, la notion de dépendance aux usages informatiques devient encore plus intéressante – et encore plus discutable. Que les jeux vidéo entraînent chez le joueur des comportements au caractère répétitif et compulsif, comparables à ceux des consommateurs de substances psychoactives, reste une question ouverte. Les chercheurs et les thérapeutes qui se penchent sur cette question se confrontent à un objet à multiples entrées, difficile, évanescent, qui demande un véritable dialogue entre les disciplines.

Read more

Share Button

The sociology of Chatroulette

by Antonio A. Casilli (Centre Edgar-Morin, EHESS) [1]

By now, you might have heard of Chatroulette, if you are hip and tech-savvy if those two things at the sides of your face are your ears. By the way, I hope you did not click on the link. It’s not safe for work. And by that I mean you will be sucked into a world of sheer immorality which will challenge all your values and potentially wreck civilisation. Or (but this is simply my own guess) it will lead you to yet another overhyped internet chat service designed to put you in touch via webcam with random strangers.

Of course, "random" may be synonymous with "dressed like an idiot".

A few facts

So, bottom line, Chatroulette goes something like: you log in, you bump into someone, you evaluate, you click on « next ». Basically, each time you connect you have to ask yourself « Do I like this person? ». If you do, just go on chatting. If you don’t, just « next »  him/her and the service puts you in contact with someone else, anybody else. It might be a teenage boy making faces, or a beautiful girl with a generous cleavage, or an old pervert doing whatever it is that perverts do on-screen. Read more

Share Button

Slides séminaire « Quelle amitié en réseaux ? » Institut Télécom

Un autre jour, un autre séminaire. Cette fois-ci c’est à l’Institut Télécom (Télécom & Management SudParis) d’Evry, et il s’agit d’une variation sur le thème  de l’amitié en ligne (le friending dont parle danah boyd), que j’ai déjà développé ici et ici. Enjoy !

Share Button

Ma présentation Simulating online presence sur Facebook

Apparemment la présentation s’est très bien passée : il y avait du monde, le public a participé et, malgré mes 3 heures de sommeil la nuit d’avant, je suis arrivé à la dernière slide. Le modèle que j’ai présenté simule la formation de réseaux de friends sur Facebook. Surtout j’ai voulu montrer comment certaines formes de mise en scène de soi et de la présence en ligne entraînent des configurations de réseau spécifiques.

Donc voilà le powerpoint de « Simulating online presence : L’apport de la modélisation multi-agent à l’étude de la formation des réseaux  sociaux en ligne », qui est co-signé par moi-même, Antonio Casilli (EHESS) et  Paola Tubaro (University of Greenwich).

—a

Share Button

Version préprint de mon chapitre d’ouvrage sur handicap, TIC et « disability divide »

Il y a quelques mois, j’avais donné – sur invitation de Bernard Andrieu, professeur d’epistémologie du corps et bloggueur extraordinaire – un keynote speech dans le cadre du Congrès international Pratiques Sportives, Handicaps et Territoires. Vous trouvez ici la version powerpoint de ma présentation.

Là c’est la fin de l’année et on prépare les actes du colloque, qui vont paraître aux Presses Universitaires de Nancy sous le titre Vers la fin du handicap ?. Je mets en ligne la version préprint de ma contribution qui a pour titre Technologies capacitantes et «disability divide» : Enjeux des usages numériques dans les situations de handicap. Bien sûr, il y a encore plein de coquilles et les notes biblio sont un peu fantaisistes, donc, dès que le livre sera sorti, prière de citer seulement la version imprimée.

Un petit aperçu – qui résume bien le sens de ce texte :

« L’analyse doit finalement être recentrée sur les rapports de pouvoir que les usages informatiques des porteurs de handicap contribuent à reconfigurer – et des forces sociales qui s’y opposent. Les technologies numériques « capacitantes » révèlent alors leurs limites là où elles montrent leur force : elles exposent le handicap en tant que construction socio-culturelle, mais elles n’arrivent pas à déjouer les intérêts consolidés et les logiques institutionnelles qui justement maintiennent en place cette construction».

Style de citation conseillé :

Casilli, Antonio A. (2009) « Technologies capacitantes et « disability divide » : Enjeux des usages numériques dans les situations de handicap. », Body Space Society, 02 décembre 2009 (http://www.bodyspacesociety.eu/wp-content/uploads/2009/12/CASILLIHandicap_preprint.pdf), prépublication, à paraître in: Joël Gaillard (dir.), Vers la fin du handicap ? Pratiques sportives, nouveaux enjeux, nouveaux territoires, Nancy, PUN, 2010, pp. 501-515.

Share Button

L’amitié dans le Web 2.0 : le powerpoint de mon séminaire à l’Institut Telecom

Violà le powerpoint de mon intervention dans le cadre du cours Quelle éthique dans la société en réseaux de l’Institut Télécom & Management SudParis, coordonné par Pierre-Antoine Chardel. Un merci à tou(te)s les étudiant(e)s pour leur questions et leur attention !

Read more

Share Button

New paper shows social connectivity is not declining (not because of Internet, anyway)

ResearchBlogging.org

Hua (Helen) Wang, & Barry Wellman (2009). Social Connectivity in America. Changes in Adult Friendship Network Size from 2002 to 2007 American Behavioral Scientist

The story so far, can be summarized as follows: since the beginning of the Web, a significant amount of researches has being focusing on the inverse correlation between online connectivity and face-to-face interactions. In social sciences, this is known as « the Internet Paradox », after the title of an influential article published by Robert Kraut (1998). In a nutshell,  Internet can be regarded as a « social technology that reduces social involvement ». Consequently user’s well-being and social ties could be negatively affected by computer-mediated communication.

This argument was so compelling – and so remenescent of the common sense claim that « since computers are around, people don’t talk anymore » – that the Internet paradox long outlived its scientific credibility. Some years later, Kraut himself made amends for it in a follow-up article, admitting that his argument had to be « rivisited ».  He went back to observe the very same families of the previous study and found the negative effect of online communication on social life had disappeared. Not only, but he even detected positive effects of using the Internet on communication, social involvement, and well-being. A hell of a retraction, if you ask me.

Now, as epistemologists know, bad theories are difficult to flush out. Especially when you have people who can exploit them to serve their political agenda – or to spin themselves a cheap media story, as recently a certain British fellow of the Royal Society of Medicine did.

Luckily for us, Canadian sociologist Barry Wellman has been fighting against this research trend since its first apperence. And luckily for us, these days he seems to be prevailing. Read more

Share Button

Next Page →